3 célèbres bastions de pirates

0
696
voyage-caraibes

Faites un tour à travers certains des plus célèbres refuges de pirates de l’histoire, et rencontrez les maraudeurs qui ont aidé à les construire.

1.Port Royal


Pendant l'”âge d’or de la piraterie”, à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, Port Royal, en Jamaïque, était l’un des ports d’escale les plus populaires pour les voleurs, les prostituées et les pirates de toutes sortes. L’association du petit port avec la maraude a commencé au milieu des années 1600, lorsque les gouverneurs jamaïcains l’ont offert comme refuge aux pirates en échange de leur protection contre les Espagnols. Les boucaniers ont accepté le marché et la ville est rapidement devenue une étape importante pour les capitaines de navires corsaires britanniques et français chargés par la Couronne de perturber la navigation espagnole dans les Caraïbes et l’Atlantique. L’un des plus célèbres de ces pirates sanctionnés par l’État était Sir Henry Morgan, un capitaine gallois qui a utilisé Port Royal comme base d’opérations pour des raids sur les places fortes espagnoles de Portobello, Carthagène et Panama City.

Port Royal a prospéré grâce à son économie de pirates, et dans les années 1660, ses rues étaient bordées de tavernes et de bordels désireux de satisfaire les caprices des jeunes boucaniers qui se nourrissaient du butin espagnol. Les récits contemporains décrivent un port sordide envahi par le jeu, la prostitution et la boisson, où les marins à la vie dure gaspillaient souvent des milliers de réals espagnols en une seule nuit. Même après la fin de l’ère de la corsaires, la soi-disant “ville la plus méchante du monde” a continué à servir de refuge à une nouvelle catégorie de pirates indépendants et sans foi ni loi. Mais lorsque ces raiders ont commencé à piller sans discernement le trafic maritime dans les Caraïbes, les autorités coloniales de Port Royal ont finalement été mises à contribution. En 1720, la ville avait commencé à faire le ménage et sa “Gallows Point” est devenue un site notoire pour les pendaisons de pirates. Parmi d’innombrables autres, des flibustiers comme l’impitoyable Charles Vane et le flamboyant “Calico” Jack Rackham (le fameux pirate qui adopte le drapeau pirate tête de mort ) finiront par trouver leur fin à Port Royal.

2. L’île de Sainte-Marie


Les pirates aux jambes de bois et les capitaines de mer à l’épée sont généralement associés aux Caraïbes, mais beaucoup des boucaniers les plus prospères ont exercé leur métier dans l’océan Indien. À partir de la fin du XVIIe siècle, des bandes de flibustiers bien armés ont utilisé l’île africaine de Madagascar comme base d’opérations pour des raids sur les navires européens et asiatiques. Selon la légende des pirates, certains de ces voleurs pionniers ont même établi une colonie utopique appelée Libertalia, où ils se sont mêlés aux femmes autochtones et ont organisé un gouvernement démocratique. Libertalia est très probablement un mythe maritime, mais Madagascar abritait plusieurs autres fiefs de pirates, dont le plus célèbre est l’île Sainte-Marie, sur la côte nord-est.

Dans les années 1690, Sainte-Marie comptait environ 1 500 habitants et servait de base de ravitaillement pour des pirates comme le capitaine Kidd, Thomas Tew et Henry Every. Mary’s attaquaient les navires transportant des marchandises exotiques en provenance de l’Inde, et les commerçants locaux vendaient ensuite le butin à des marchands véreux dans des villes comme New York et Boston. Certains de ces raids ont été parmi les crimes les plus lucratifs de l’histoire. Par exemple, en 1695, Henry Every a utilisé une flotte de six navires pour attaquer un navire au trésor appartenant au Grand Moghol de l’Inde. Après un combat sanglant, il s’est enfui avec l’équivalent de quelque 200 millions de dollars de butin.

3. Tortuga


Au début des années 1600, l’île rocheuse de Tortuga était le principal bastion d’un groupe hétéroclite d’aventuriers, de voleurs et d’esclaves en fuite qui s’attaquaient aux trésors des navires espagnols dans les Caraïbes. Ces raiders ont commencé comme un groupe de chasseurs français sur l’île voisine d’Hispaniola (aujourd’hui Haïti), et c’est le mot français pour leur méthode de séchage de la viande, “boucaner”, qui a inspiré leur surnom redouté : les boucaniers. Les boucaniers ont fui Hispaniola pour Tortuga vers 1630 après l’arrivée des colons espagnols, et ils se sont rapidement tournés vers le commerce lucratif de la piraterie. Pour soutenir leurs opérations, ils ont fait de Tortuga une place forte fortifiée. Jean le Vasseur, un chef boucanier qui avait travaillé comme ingénieur militaire, a même construit un château de 24 canons appelé Fort de Rocher pour aider à garder le port de l’île.

Tortuga est devenue une destination de choix pour les pirates, attirant des hommes de caractère jusqu’en Angleterre, en Hollande et au Portugal. À mesure que de futurs maraudeurs arrivaient sur l’île, ils se sont organisés en une fraternité de voleurs appelée les “Frères de la côte” et ont élaboré leur propre code de conduite. Beaucoup de ces frères ont reçu des commissions de corsaire de l’Angleterre et de la France, et ils se sont révélés être une épine dans le pied des Espagnols, qui ont répondu par des attaques répétées sur Tortuga. Les boucaniers ont ensuite servi sous les ordres de Sir Henry Morgan lors de ses célèbres raids sur le Main espagnol, mais leur influence s’est effritée avec la fin de la corsaires. Alors que quelques-uns ont continué à rôder dans les Caraïbes pendant plusieurs décennies, les boucaniers de Tortuga avaient pratiquement disparu au début du XVIIIe siècle.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here